25/11/2022
Partage

expérimentation

Des flashs d'UV-C pour se refaire la cerise

Le CTIFL de Balandran a testé, durant deux ans, l'effet de flashs d'UV-C appliqués en préventif contre l'oïdium sur tomate, entre 2019 et 2021. Résultats intéressants, mais à combiner avec d'autres méthodes.

Après application des flashs d'UV-C, plusieurs mesures ont été faites, notamment celle de la photosynthèse en temps réel (échange gazeux, mesure CO2).

© Crédit photo : Philippe Dufour/Interfel

Un pool de partenaires techni- ques1, dont le Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes, s'est lancé dans un projet Casdar qui a pris fin en décembre 2021, projet d'une durée de deux ans. Intitulés 'OïdiUV', ces travaux expérimentaux doivent permettre "d'optimiser, en serre et au champ, une solution innovante de protection des cultures à base de rayonnement UV-C", résume Raphaël Tisiot, responsable du programme 'Tomate' au CTIFL de Balandran. "Nous avons travaillé sur l'intérêt d'utiliser la lumière UV-C sur les plantes, en tant qu'effet stimulant des défenses propres à chaque plante. À Balandran, nous avons travaillé sur la tomate." Concrètement, sur la saison 2019-2020, les travaux ont permis de mettre en évidence que les lampes UV envoyaient des signaux aux plantes, signaux qui entraînaient par la suite une réponse immunitaire. "Cela fonctionne assez bien sur des petites plantes, en laboratoire", note le spécialiste du CTIFL.

Un flash partiel suffit...

Ainsi, lors de la première année de l'essai, trois charges ont été testées (2, 4 et 6 fruits/bouquet à partir du 7e bouquet), sur la variété grappe Climberley, en culture hors-sol. Les traitements UV-C ont été réalisés tous les dix jours. Côté observations, plusieurs mesures ont été faites : évaluation sur folioles de la sévérité des symptômes d'oïdium, mesures des échanges gazeux et de fluorescence de la chlorophylle tous les dix jours en préventif (trois semaines avant la période à risque), et mesures du rendement (nombre et poids des fruits).

"On a observé que moins la plante était chargée, plus elle se défendait bien", résume Raphaël Tisiot. Cette première tendance actée, les expérimentateurs ont voulu savoir s'il était préférable de traiter l'ensemble de la plante, ou bien seulement une partie par flash d'UV-C, la systémie vasculaire du végétal faisant le reste. Quatre modalités ont donc été testées : flash sur la plante entière, sur le haut, au milieu ou sur le bas. "Nous n'avons pas observé de différence. Ce qui veut dire qu'il suffit de flasher juste une partie de la plante pour qu'elle soit entièrement exposée. L'acide salicylique est activé quand on envoie des UV-C, et la plante est alors en mesure de se défendre contre certains pathogènes, notamment l'oïdium", expose le correspondant 'tomate' du CTIFL.

... idéalement en préventif

En 2020-2021, l'essai a été renouvelé, cette fois sur trois variétés différentes : un type cocktail (Brioso), un type grappe (Clodano) et un type cœur allongé (Cauralina), toujours avec une fréquence de traitement tous les dix jours. Outre les mesures de sévérité des symptômes d'oïdium, des échanges gazeux et du rendement, la mesure de la qualité (matière sèche et taux de sucre) a été ajoutée sur cette seconde année d'essai. "Nous observons les mêmes résultats : les flashs d'UV-C réduisent la sensibilité à l'oïdium et cela apparemment d'autant plus que la charge en fruits est faible." Cela montre que quelle que soit la variété, la protection est plus importante contre l'oïdium quand on applique des traitements préventifs UV-C. À noter également que l'efficacité des traitements se réduit au fur et à mesure du développement de la maladie, sachant que le témoin non traité constituait une source d'inoculum permanente dans l'essai. "Enfin, nous observons également que ces flashs auraient des effets de protection contre le gel en vigne, à confirmer." 

Céline Zambujo •

Sur le même thême

Bouches-du-Rhône 01/07/2022

Berre-l'Étang

Une symphonie de productions

De la commercialisation de fruits et légumes à leur production en autodidacte, Dimitri Infossi a suivi un parcours singulier. Rencontre avec un maraîcher atypique...
02/12/2022

maladies du bois

Quelle gestion entre le rec...

Principales causes du dépérissement de la vigne, les maladies du bois sont très dommageables pour la pérennité du vignoble. C'est dans le bois de la charpente des...
Aude 08/07/2022

Les CHIFFRES clés-

Les Vignerons indépendants, portrait robot 

ICI
Votre encart
publicitaire !

Tél. : 04 67 07 03 73

Annonces légales

Publiez facilement vos annonces légales dans toute la France.

Grâce à notre réseau de journaux partenaires.

Attestation immédiate, service 24h/24, 7 jours/7

Derniers tweets

23/09/2022
📫Votre @EPVarois arrive! A la une : échanges autour des filets anti-insectes contre la mouche de l'olive avec le groupe #DEPHY en oléiculture du Var 🫒 ; l'hyperoxygénation des rosés à l'essai au Centre du Rosé ; vin d'ici, à la découverte du "Pur Castets"🍷de La Grand' Vigne https://t.co/qaIhjDDTAb
https://t.co/qaIhjDDTAb
06/10/2022
Dans votre nouveau numéro @AgriProv 🗞au programme notre numéro spécial #Medagri 🚜 le projet de loi sur les #énergiesrenouvelables🌞, la 7e édition de la soirée de l’élevage 🐃🐑à Arles et un retour sur la rentrée scolaire 🎒pour les lycées agricoles...Bonne lecture à tous ! https://t.co/zU1hyXg40x
https://t.co/zU1hyXg40x
06/10/2022
🍷 Présentation de la gamme ‘Patience’, du syndicat #AOP #Picpoul de Pinet, issue de cuvées haut de gamme dédiées aux cavistes & aux restaurants de #Montpellier. Sélections parcellaires, élevage d’au moins 6 mois, sans notes de bois. Accord mets et vins au #Folia @ChatFlaugergues https://t.co/NAol7n6pyW
https://t.co/NAol7n6pyW

Abonnez-vous à nos hebdos

Chaque semaine, retrouvez toute l'actualité de votre département, des infos techniques et pratiques pour vous accompagner au quotidien...

Découvrez toutes nos formules

Dernières actualités

Newsletters

Inscrivez-vous GRATUITEMENT à nos newsletters pour ne rien rater de notre actualité !

S'abonner

Gardons le contact

Twitter : suivez toute l'actualité agricole utile du moment, réagissez
Facebook : partagez encore plus de posts sur l'actualité agricole de votre territoire
Instagram : suivez nos bons plans et partagez nos galeries de photos
Likedin : élargissez votre réseau professionnel
Youtube : vidéos, interviews, DIY...